Un planning attrayant, des répétitions vivantes

  • 22
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dr. John Warren, Directeur des activités chorales à l’Université de Syracuse
Traduit de l’anglais par Jean Payon (Belgique)
Relu par Claude Julien (France)

Programmer au jour le jour les répétitions, ça peut être la galère. Il est utile de se fixer un cadre, une base. Dans cet article je propose deux formules susceptibles de vous aider à organiser des plannings de répétitions. Il est utile d’avoir un schéma à partir d’un point de départ. Voici deux plans de répétitions qui pourront vous aider à fignoler sensiblement les vôtres.

La méthode que j’utilise se repose sur la variété.

  1. Commencez par quelque chose de simple et de court : ainsi, chacun peut chanter à l’aise et en confiance. Lors de répétitions le matin, il vaut mieux ne pas commencer par un morceau haut ou criard. Ne passez pas trop de temps sur ce premier morceau, puisqu’il est connu. D’habitude, pour moi, il est de tempo rapide, ce qui permet à la musique de susciter l’énergie dans le groupe.
  2. Au fil de la répétition, variez les tempi, la difficulté et la familiarité. Il est impossible, dans tous les cas, de varier ces trois aspects ensemble; mais en changeant au moins un on maintient l’intérêt. Il est spécialement dangereux de répéter consécutivement plusieurs morceaux lents : cela endort les chanteurs, ils se mettront à chanter sans entrain. Répéter consécutivement plusieurs pièces connues peut avoir le même résultat. Souvent, si j’ai un groupe qui a tendance à ne pas répéter avec tonus, je commence par deux pièces rapides. La deuxième requiert plus d’effort vocal et de travail.
  3. A la suite d’une pièce nouvelle ou exigeante, proposez quelque chose de familier ou de facile. Cela évite que le chœur se frustre, et alimente la confiance.
  4. Terminez par quelque chose de gai ou de connu, pour que les chanteurs repartent avec une sensation positive. Clôturer positivement la répétition est plus important que de terminer avec quelque chose de connu. Si vous ressentez, de la part des chanteurs, la satisfaction d’avoir accompli un progrès sensible dans une œuvre difficile, restez-en là. Il n’y a rien de mieux que le son de choristes chantant ou fredonnant la musique de la répétition dans les couloirs après la répétition.
  5. Parcourez des tas de musiques. Mais n’oubliez pas l’œuvre dans son ensemble. Baladez-vous à travers des œuvres de temps en temps, à la rigueur sans répétition. Cela prend peu de temps, et donne au chœur un sens global de la composition. Il peut être difficile d’atteindre un juste équilibre entre la répétition de passages précis et les œuvres entières. Quand une répétition est moins efficace que je l’avais prévu, c’est souvent parce que j’ai passé trop de temps sur trop peu de pièces (peut-être 2 ou 3 en une heure). Les répétitions semblent plus efficaces quand on passe rapidement d’une œuvre à l’autre, avec des buts précis pour chacune. Je vise à répéter 5 à 7 œuvres en 50 minutes y compris l’échauffement. En répétant un bref passage, il est important de le situer dans l’ensemble de l’œuvre en commençant un enchainement de quelques mesures avant et en continuant quelques mesures après. Répéter les transitions est capital pour une interprétation réussie et sensée.
  6. Variez les exigences de tessiture et vocales. C’est indispensable pour la santé vocale et le progrès.

Planifier une répétition selon cette méthode aide à diviser la musique en quatre catégories : lent et facile, lent et difficile, rapide et facile, et rapide et difficile. Choisissez les premiers et derniers morceaux parmi les catégories “rapide” et “facile”. Choisissez les autres dans les autres catégories, en alternant les rapides et les lentes. Pour utiliser cette méthode, vous devez disposer un répertoire selon ces catégories. Un répertoire varié en style, en origine historique ou culturelle, et qui, en outre, contribue à des répétitions profitables et variées.

Plan simple de répétition des ‘Syracuse University Singers’

TITRE

COMPOSITEUR

ACTIVITÉ

DURÉE

Échauffement

   

5-6 min

Star-Spangled Banner
(tempo modéré)
(facile)

Traditionnel

Disposition en cercle
Chanter de bout en bout
Unifier les sons et les timbres

6 min

Gnome
(rapide)
(difficulté moyenne)

Bruno Regnier

En rangs par pupitres
Contrôle des hauteurs et rythmes
Début du texte français selon temps

10 min

Ubi Caritas
(tempo lent)
(facile à moyen)

Maurice Duruflé

Cercle
Équilibre mélodie et voix ténor-basses à 4 parties
Stabilisation des hauteurs en SATB
Prononciation du texte

12

Unknown Region, pages 6-9
(tempo rapide)
(assez difficile)

William Schuman

Assis en rangs – sopranos avec ténors; altos avec basses
Déclamer le texte, pour scander le rythme et le phrasé.
Contrôler le ton – très dissonant

13

I Got Me Flowers des 5 Mystical Songs
(tempo lent – facile))

Vaughan Williams

En rangs par pupitres
Chanter sur le texte – insistance sur le phrasé et les voyelles.

5

My Soul’s Been Anchored
(spiritual rapide – connu)

Moses Hogan

Rangées; introduction nette; étudier les 3 dernières pages en cherchant la précision

7

En outre, il n’est pas nécessaire de répéter toutes musiques avec les chanteurs dans la même position. La plupart des chanteurs aiment se déplacer et chanter dans diverses dispositions. Envisagez la disposition en cercle qui permet au chef d’entendre uniformément les parties, et aux chanteurs de s’entendre mieux les uns et les autres. Nous répétons souvent en cercle par pupitres – chaque pupitre formant un cercle – ainsi ils entendent très clairement leur partie, mais aussi toutes les voix. Alterner cette disposition avec le positionnement traditionnel par pupitres est une autre manière de maintenir l’intérêt des répétitions et l’investissement des chanteurs.

Parfois, il est impossible de choisir un répertoire réellement varié : on peut par exemple préparer une œuvre de grande ampleur, en plusieurs mouvements, ou répéter un programme d’œuvres d’un genre déterminé, d’une période ou d’un compositeur. Le principe de variété est là aussi applicable, bien que ce soit plus compliqué. On veillera plutôt au maximum de contrastes, et organisera les répétitions en fonction de cela. Envisagez des répétitions à des tempi différents de ceux du concert. Répéter une musique lente à un tempo rapide peut la dénaturer, et donner aux chanteurs une sensation plus large du phrasé. Répéter la musique rapide à un tempo lent accroît l’attention et la précision.

Une autre manière efficace d’organiser une répétition, c’est de la structurer comme une voûte.

  1. Commencez par quelque chose de bas, de facile, de connu, et de vocalement neutre. Passez sur ce morceau peu de temps.
  2. Augmentez les exigences vocales et mentales avec chaque morceau suivant, et augmentez le temps consacré à chacun d’eux.
  3. Votre œuvre prioritaire du jour doit arriver au milieu de la répétition. C’est à ce moment-là que vous exigerez le plus de votre groupe: vous consacrerez à cette œuvre le plus de temps.
  4. Après ce morceau central, réduisez les exigences et le temps passé sur chaque œuvre suivante.
  5. Le dernier morceau devrait requérir peu d’attention et de temps, être léger ou joyeux. Consacrez-y peu de temps.

Voici un exemple d’emploi du temps avec cette méthode, pour une répétition d’une heure :

ŒUVRE

TEMPS

Échauffement

4 minutes

Lent, facile, tessiture basse

4 minutes

Plus exigeant

7 minutes

Plus exigeant, intensité croissante

10 minutes

Exigence maximum, priorité, grande intensité

15 minutes

Toujours exigeant, mais moins intensif

10 minutes

Plutôt facile ou familier

6 minutes

Facile, léger

4 minutes

Cette méthode est particulièrement utile pour les jours de faible investissement. Elle permet au chef de stimuler l’énergie et l’attention du chœur et de s’y adapter, plutôt que de tenter de réveiller un groupe apathique instantanément.

Augmenter l’énergie et les attentes au fur et à mesure de la répétition peut aussi s’appliquer au premier type de répétitions. Selon qu’on accroît ou diminue la motivation ou l’intensité, on peut adapter le tempo, le contenu, le genre, etc.…. Cela procure une répétition dynamique mais calme. Le langage corporel, l’expression du visage, les niveaux de conversation à l’arrivée, et la vitesse de réaction indiquent le niveau d’énergie et l’humeur des chanteurs. Le chef devrait intégrer ces éléments, et adapter l’ambiance de répétition au niveau énergétique du chœur et accroître petit à petit le niveau souhaité.

Quelle que soit votre manière d’organiser vos répétitions, il est important de garder à l’esprit les principes soutenant ces méthodes:

  1. Soutenez l’allure.
  2. Pratiquez, à chaque répétition, un répertoire varié.
  3. Pour chaque pièce que vous répétez, ayez un but précis.
  4. Tenez compte des capacités vocales de vos chanteurs.
  5. Soyez attentif à l’état émotionnel des chanteurs.
  6. Rendez vos chanteurs heureux.

John F. Warren est Professeur Associé de Musique et Directeur des activités chorales à l’Université de Syracuse, où il dirige trois chœurs et enseigne la direction, la littérature chorale et les techniques de répétition à des étudiants de 1er et 2è cycle. Il détient des diplômes de chef de chœur de l’Université de Miami et du Conservatoire de Musique de l’Université de Cincinnati. En outre, le Dr Warren a travaillé avec plusieurs chefs prestigieux dont Robert Shaw, Frieder Bernius, Christoph Eschenbach, Robert Page, Helmuth Rilling, Digna Guerra, Rodney Eichenberger, Jo-Michael Scheibe et Elmer Thomas. Le Dr Warren a assumé plusieurs fonctions dans L’Association des Chefs de Chœur Américains, a été membre de jurys et a dirigé des festivals choraux dans l’Est des États-Unis et à Cuba. Email: jfwarr01@syr.edu

PDFPrint

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *