Étudier la direction chorale à travers le monde: Europe, Finlande

  • 54
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Seppo Murto, organiste, chef de chœur et professeur
Traduit de l’anglais par Jean Payon (Belgique)
Relu par Christine Dumas (Canada)

 

La Finlande a une tradition vénérable dans l’enseignement de la direction chorale. Un cours de base a été inclus dans la formation des professeurs et dans celle des musiciens d’église dès la fin du 19e siècle. Par conséquent, les enseignants et les musiciens d’église ont été à la base de la vie chorale en Finlande pendant une bonne partie du 20e siècle. Les chorales d’amateurs se sont mises à proliférer dès l’aube du 20e siècle non seulement dans les villes, mais aussi en milieu rural, alors que s’éveillait un sentiment national qui allait mener la Finlande à l’indépendance à l’égard de la Russie, en 1917: la musique chorale s’est avérée un moyen efficace de propager les idéaux nationalistes, la censure étant contournée à l’aide d’euphémismes poétiques. De nombreux apprentis chefs de chœur ont appris leur métier non seulement dans le cadre formel de leurs études, mais par la pratique avec les chefs des chœurs avancés dans les villes où ils étudiaient, et par le contact avec le répertoire de ces chœurs.

Un élan important pour la direction chorale est venu de l’éducation musicale dans la seconde moitié du 20e siècle, quand le travail d’Erkki Pohjola avec le Chœur Tapiola a transformé ce chœur scolaire en un instrument de stature internationale. Inspirés par son exemple, de jeunes professeurs de musique se sont intéressés de plus en plus à la direction chorale et ont cherché du perfectionnement lors de cours d’été. L’Institut Klemetti, implanté dans la petite ville d’Orivesi au centre de la Finlande, est devenu une force avec laquelle il fallait compter : une série de cours d’été offrent de la formation aux chefs de chœur et aux choristes avancés depuis six décennies, et continuent d’être en forte demande. Une formation de base bien établie, les possibilités de perfectionnement et surtout la diversité des occasions d’expérience pratique ont permis l’émergence d’une génération de chefs de chœur finlandais dont l’enthousiasme et le zèle ont fait du chant choral un loisir vraiment répandu. Pour ces chefs, le savoir-faire technique n’était pas vraiment le plus important: ils se voyaient surtout comme des éducateurs, et considéraient la musique chorale comme un facteur de croissance pour les enfants et les adolescents.

Le rôle déterminant des musiciens d’église et des professeurs de musique dans le développement de la direction chorale en Finlande est confirmé par la présence de cours obligatoires en direction chorale dans les programmes de ces disciplines à l’Académie Sibélius, seule université musicale du pays. Les étudiants en éducation musicale et en musique d’église sont tenus, respectivement, de suivre des cours d’un an et de deux ans en direction chorale. Un nombre impressionnant d’étudiants choisissent aussi des perfectionnements en option. Ces cours répondent largement aux besoins concrets, tant pour le répertoire que pour la technique.

La formation de chefs de chœur professionnels a vraiment commencé dans les années 1970, quand l’Académie Sibélius a proposé la direction chorale comme une discipline pouvant mener à un diplôme, qui était alors la qualification la plus élevée offerte dans le domaine musical. Grâce aux efforts de développement redoublés depuis lors, la direction chorale s’est fait reconnaître comme discipline à part entière, et un ou deux étudiants sont diplômés en direction chorale à l’Académie Sibélius chaque année.

Un sérieux progrès a été, au milieu des années 1980, la création de l’Ensemble vocal de l’Académie Sibélius, groupe de 16 chanteurs professionnels à la disposition des étudiants en direction chorale à raison de 4 heures par semaine. Cet avantage permet aux étudiants d’aborder un répertoire techniquement exigeant, et varié. Même si cet ensemble se produit rarement en dehors de l’Académie Sibélius, on peut le décrire comme le seul chœur professionnel ayant des activités régulières en Finlande, à part le Chœur de l’Opéra national finlandais, depuis la dissolution du Chœur de chambre de la Radio finlandaise par la Radio finlandaise en 2005.

Les études en direction chorale se répartissent en cinq niveaux. La formation de base peut être acquise dans plusieurs institutions musicales et lors de cours d’été. Cette formation convient très bien à des chefs adjoints de chorales d’amateurs, en plus d’établir la base pour une formation ultérieure. Les examens menant à une qualification professionnelle sont désignés, en ordre croissant, comme examens de niveau D, C, B et A.

Les étudiants en éducation musicale et en musique d’église doivent obtenir, pour leur diplôme, l’examen du niveau D en direction chorale. Cela leur donne les compétences de base indispensables pour travailler avec des chœurs d’amateurs de divers styles. Le cours menant à cet examen couvre les répétitions et la direction de chœur, la formation vocale, le répertoire de base et la connaissance des principales périodes stylistiques de l’histoire de la musique. Les aspects particuliers aux chœurs d’enfants et de jeunes font l’objet de modules spécifiques.

Le cours du niveau C comporte une approche artistique plus approfondie, et un plus large éventail de répertoire. On peut désormais obtenir un examen du niveau C non seulement à l’Académie Sibélius, mais aussi dans les universités de sciences appliquées de Tampere et de Jyväskylä au centre de la Finlande, ou encore dans un cours d’été à l’Institut Klemetti. L’examen du niveau C peut permettre à des musiciens professionnels de se recycler en direction chorale.

Les cours précités se concentrent sur l’amélioration des compétences techniques et artistiques, et sur les caractéristiques fondamentales du chœur en tant qu’instrument. La formation vocale et la sonorité chorale ont joué progressivement un rôle de plus en plus important dans le cursus, et ces derniers temps les habiletés en communication du chef de chœur sont de plus en plus prises en compte. L’interaction entre le chef et son instrument est d’une importance vitale pour le développement d’un choeur, pour la recherche d’une sonorité et d’une approche musicale communes. Un bon chef de chœur doit être un “constructeur d’instrument”, en plus d’être un musicien solidement formé. Lors des examens des niveaux C et D, on demande aux candidats non seulement de diriger, mais aussi de faire répéter le chœur.

Le niveau suivant, B, est défini dans le cursus universitaire comme faisant partie des “études avancées”. Son objectif est de préparer les étudiants à planifier par eux-mêmes le répertoire, à diriger des répétitions et des concerts. L’enseignement de ce niveau n’est disponible qu’à l’Académie Sibélius (à Helsinki et dans l’antenne de Kuopio, au centre de la Finlande). Le cours du niveau B couvre un large éventail de répertoire de base, de périodes et styles divers, y compris des œuvres avec accompagnement d’orchestre, même si l’accent est surtout mis sur le répertoire a cappella. Il existe plusieurs modules à thème, qui se concentrent sur les exigences stylistiques de périodes historiques, le développement personnel du chef et l’enseignement de la direction chorale. L’examen prend la forme d’un concert dont le programme comporte des œuvres chorales de diverses grandes époques, ainsi qu’une œuvre avec accompagnement instrumental. Si la personne candidate dirige déjà un chœur, celui-ci peut être utilisé lors de l’examen. Le cours s’étale sur 2 ans, et 4 ou 5 étudiants le terminent chaque année.

L’examen du niveau A, donnant accès à un diplôme de maîtrise en musique, ne peut s’obtenir que dans la classe de direction chorale de l’Académie Sibélius. L’examen requiert une large connaissance du répertoire, avec un accent particulier sur la musique contemporaine. L’examen prend la forme d’un concert impliquant le chœur personnel de la personne candidate et l’Ensemble vocal professionnel de l’Académie Sibélius. Les études requises pour l’examen du niveau A sont artistiques au sens large, tout en se concentrant particulièrement sur l’analyse de contenu. Un ou deux étudiants passent l’examen de niveau A chaque année.

Il y a donc en Finlande tout un éventail de cheminements et de niveaux pour ceux qui souhaitent devenir chefs de chœur à un titre ou à un autre.

Ceci dit, il faut noter que les possibilités de formation en Finlande dans ce domaine deviennent de plus en plus concentrées. À part l’Académie Sibélius, la formation de niveau universitaire conduisant à un diplôme universitaire ou à une qualification professionnelle n’existe actuellement qu’à Tampere et à Jyväskylä. Les chefs de chœur professionnels sont, peut-être étonnamment, assez rares en Finlande : il est très difficile de gagner sa vie uniquement en dirigeant des chorales. Il n’y a, dans tout le pays, qu’une poignée d’emplois à temps plein en direction chorale. La plupart des chefs travaillent de manière autonome, gagnant leur vie par divers moyens en plus (ou à la place) de la direction chorale. Mais malgré les temps financièrement difficiles que nous connaissons, les efforts se poursuivent pour développer la musique chorale et la direction de chœur, pour répondre aux défis d’aujourd’hui et de demain tout en s’appuyant sur une tradition fermement établie.

 

Seppo Murto (né en 1955) est un des plus éminents organistes et chefs de chœur finlandais. Diplômé en orgue en 1980, et en direction chorale trois ans plus tard, Seppo Murto a fait ses débuts en 1981 comme directeur artistique de Dominante. En outre, Seppo Murto a travaillé comme directeur artistique pour les chœurs mixtes Suomen Laulu (1984-1988), Akateeminen Laulu (1994-2000), Viva Vox (1995‑ ), Murtosointu (2003- ), et Chorus Cathedralis Aboensis (2006-2008). Seppo Murto a donné de nombreux séminaires et ateliers en direction chorale à travers le monde, notamment dans les festivals Nordklang et Europa Cantat. Il a réalisé avec ses chœurs de nombreux enregistrements. Deux d’entre eux ont été désignés “Enregistrement Choral de l’Année“. Murto a aussi dirigé d’importantes œuvres de Bach, Haydn et Mozart à la tête d’orchestres symphoniques finlandais. Seppo Murto est organiste de la Cathédrale d’Helsinki depuis 1985 et il enseigne la direction chorale à l’Académie Sibélius, principal établissement d’enseignement musical en Finlande. Il a donné des récitals d’orgue en Finlande et à l’étranger, notamment dans les pays scandinaves, en Russie, en Estonie et en Allemagne. Avec ses chœurs, il a voyagé sur tous les continents excepté l’Antarctique. L’Association finlandaise des chefs de chœur a nommé Seppo Murto chef de chœur de l’année 2001, et l’Association des musiciens d’église finlandais l’a proclamé musicien d’église de l’année 2013. Il a été le premier président de l’Association finlandaise des chefs de chœur, et le premier directeur artistique du festival “Choral Espoo». Courriel : seppo.murto@uniarts.fi

PDFPrint

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *