Festival choral international Grieg

  • 685
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois événements en un

Bernie Sherlock, chef de chœur et professeur

La beauté de Bergen est spectaculaire. Deuxième plus grande ville du pays après Oslo, elle est située sur un fjord et encerclée par les montagnes, ce qui lui vaut le surnom de “ville aux sept montagnes”. Nous autres, Irlandais, pensons vivre dans le pays le plus pluvieux d’Europe; mais avec ses 200 jours de pluie par an au minimum, c’est de la planète entière que Bergen peut se targuer d’être l’une des villes les plus pluvieuses! Cela dit, il n’a finalement pas plu une seule fois au cours du festival: la touriste qui transportait en permanence son parapluie inutile, c’était moi.

Ready for the Festival!

J’ai eu le plaisir d’être présente à Bergen du 16 au 19 juin, comme membre du jury du ‘Grieg International Choir Festival(GIK) (Festival choral international Grieg) et du concours choral national Syng For Oss (SFO) (Chantez pour nous). J’ai pu profiter de l’agréable compagnie de quatre collègues remarquables au sein du jury: la présidente Margrethe Ek (Norvège), Andrea Angelini (Italie), Vaclovas Augustinas (Lituanie) et Terje Kvam (Norvège). Lorsque nous n’étions pas au travail, les organisateurs se sont très bien occupés de nous. Nous avons visité Troldhaugen, la résidence d’été de Grieg devenue un musée, avec le chalet en bois surplombant le lac Nordås où il aimait composer. C’est un endroit que je voulais visiter depuis plusieurs années. Du sommet du Mont Fløyen – que nous avons atteint grâce au funiculaire – nous avons pu profiter d’une vue panoramique de Bergen. Ensuite nous avons visité le très pittoresque marché aux poissons, ainsi que Bryggen, l’ancien quai datant de la Hanse. Nous avons appris que Bergen était une colonie de marchands établie dès le début du XIe siècle, avant de devenir la capitale de la Norvège au XIIIe, remplacée par Oslo seulement à partir des années 1830. Bryggen est un rappel de l’importance de la ville au sein de l’empire marchand de la ligue hanséatique, du XIVe à la moitié du XVIe siècle. Ses maisons en bois caractéristiques sont toujours là, reconstruites à plusieurs reprises après de nombreux incendies. Mais les structures de base sont toujours là : visiter cette ancienne partie de la ville était très intéressant.

Forte de 30 000 membres, la Norwegian Choir Association (NCA) est la plus grande organisation de chorales et de chefs de chœur d’Europe du nord. Ses traditions sont ancrées dans le riche et solide héritage choral du Comté de Hordaland, à l’ouest de la Norvège. C’est en 1987 que la NCA a mis en place le premier concours choral norvégien “Syng For Oss” (“Chantez pour nous”). Au départ c’était un concours national semestriel ouvert à une grande variété de chœurs provenant de tous les horizons, qui est rapidement devenu un élément essentiel de la vie chorale du pays.

VIVA Sandnes kulturskolekor

Après avoir mis en place une compétition nationale, la NCA a ensuite porté son attention sur le monde choral en dehors de la Norvège. En 2004, elle a créé le Festival choral international Grieg, à Bergen, dans le but de promouvoir la musique chorale à un niveau international via des concours et des concerts. Le festival inaugural s’est déroulé en 2005, sa réussite permettant de reproduire l’expérience en 2007, 2009, 2010, 2011 et 2013, puis finalement en 2016. Au fil de ces 12 années, plus de 110 chœurs provenant de 24 pays ont participé au festival. Il s’est agrandi en 2009, par l’ajout d’un nouveau concours junior de voix soliste : le “Concours soliste NINA”, destiné aux chanteurs entre 16 et 24 ans ayant reçu une formation classique, s’est déroulé pour la première fois en 2010 puis en 2013 et 2016.

En 2015, le Festival choral international Grieg et la Norwegian Choir Association ont décidé de regrouper pour l’édition 2016 du festival les trois concours. Par conséquent, Syng For Oss et le Festival choral international Grieg – dont le jury était composé de mes collègues et moi – se sont déroulés en même temps à Bergen, tandis que le Concours soliste NINA avait lieu le même week-end dans la salle de concert de Troldhaugen, résidence d’été de Grieg. La finale du concours soliste et le Grand Prix des concours chorals se sont déroulés ensemble, au cours de la même soirée. Ce fut une réussite spectaculaire pour les yeux comme pour les oreilles, et il est tentant d’imaginer que cette collaboration se poursuivra à l’avenir. Voici ce qu’en pense la responsable du festival, Annlaug Hus, véritable moteur de cette nouvelle organisation : “Nous pensons que c’était une bonne idée: l’intégration de l’international et du local au sein d’un même festival. Nous continuerons de développer ce festival à l’avenir, en accentuant le lien entre le festival et les concours”. Annlaug souhaite également renforcer le lien avec Grieg dans les années à venir. Outre ces concours parallèles, les chœurs participants ont pris part à plusieurs concerts d’amitié, ainsi qu’à d’autres événements festivaliers à Bergen et dans sa région. Des concerts étaient organisés dans de nombreuses églises, à l’extérieur et dans des salles de concerts.

Vu que pour la première fois les concours nationaux et internationaux avaient lieu en même temps, nous avions décidé en tant que membres du jury que les chœurs norvégiens participant à “Syng For Oss” auraient la possibilité de remporter des prix avec des notes légèrement inférieures à celles des compétiteurs internationaux. L’Association a estimé comme nous que c’était un moyen efficace d’encourager les chœurs nationaux.

Conductor Tony Margeta, La Cappella, Sweden

À une exception près, tous les concours ont eu lieu dans le magnifique Grieghallen, salle de 1500 places où est basé l’Orchestre Philharmonique de Bergen, et dont l’architecture magistrale rappelle la forme d’un piano à queue. La seule exception était l’ouverture du concours de musique sacrée, qui a eu lieu dans la cathédrale de Bergen (Domkirke). C’était un véritable privilège que de faire partie d’un jury dans cet édifice datant du XIIe siècle et à l’excellente acoustique. Le concours a attiré des chœurs internationaux extrêmement talentueux, le chœur de voix égales victorieux – La Cappella, de Suède – obtenant une note de 23,5 points sur un total possible de 25. Nous avons été particulièrement impressionnés par leur justesse, leur homogénéité et leur excellent programme qui comportait des morceaux de Dino Stella, Mårten Jansson et György Orbán. Nous avons aussi été impressionnés par les chœurs arrivés en deuxième et troisième places : le chœur de chambre Paderewski de Pologne et le chœur de jeunes Ondrasek de République tchèque.

Lydia Hoen Tjore, Norway, winner of the ’Nina, Solo Competition’

Le lendemain les épreuves se sont déplacées à la salle Grieg (Grieghallen), qui présente également des conditions idéales pour l’interprétation du chant choral. La charmante chorale junior mixte norvégienne Viva Sandnes Kulturskolekor a remporté le concours international de musique traditionnelle, suivie par un triplé de Bergen lorsque trois des chœurs de la ville ont remporté les concours nationaux: Volve Vokal, un excellent ensemble féminin, a triomphé dans la catégorie ouverte, tandis que Multa Pauciswas a remporté le concours de voix féminines et le Bergen Mannskor celui de voix masculines. Le concours national de chœur mixte a été remporté par Osterøykoret, un chœur mixte originaire de l’île de Osterøy, au nord-est de Bergen, grâce à un programme divertissant qui incluait une adaptation humoristique de All About That Bass de Kevin Kadish. C’est lors du concours de musique contemporaine que le plus haut niveau du Festival a été atteint, grâce à la représentation incroyable du chœur de chambre Paderewski, de Pologne. Ils ont interprété Jubilate Deo de Fredrik Sixten, Come Sleep de Daniel Brinsmead et la composition rythmée et palpitante Kalinda, de Sydney Guillaume. J’étais fascinée de bout en bout. Le concours national de chœur d’enfants était merveilleux. Les trois chœurs se sont produits à un haut niveau et ont remporté les trois prix, la première place revenant à Skedsmo Voices, une grande chorale d’enfants composée de jeunes de Romerike et d’Oslo.

Parmi nos attributions en tant que jurés, nous devions sélectionner pour le Grand Prix les huit meilleurs chœurs. Il en a résulté une soirée merveilleuse, où se sont enchaîné les représentations allant du divertissant au joyeux en passant par le touchant. L’événement était suivi par la finale du concours soliste NINA qui s’est déroulée quand le jury s’est retiré pour délibérer. Même si toutes les chorales ont donné le meilleur d’elles-mêmes, il ne pouvait y avoir qu’un seul gagnant: le titre est revenu pour cette fois au chœur de chambre Paderewski, qui a de nouveau prouvé son excellence sur tous les plans. La soirée a également vu la remise de nombreux prix – accompagnés de fortes sommes d’argent – et s’est terminée sur un rappel de l’interprétation de Kalinda par les gagnants du Grand Prix, suivi d’une cérémonie de clôture.

Le Festival fut un événement sensationnel. Il a permis de montrer que le chant choral jouit en Norvège d’un fort soutien, et est donc en excellente forme. J’ai été très impressionnée par la grande variété de chœurs norvégiens, ainsi que par la qualité des chœurs internationaux qu’il a attirés. Les chœurs norvégiens sont capables de concourir au niveau national, tout en conservant l’objectif de devenir compétitifs au plan international. En faisant appel à un véritable jury d’experts, le Festival s’est assuré que les chœurs soient jugés à un haut niveau et puissent confirmer leur niveau par rapport aux autres chœurs du monde entier. Les chanteurs avec qui j’ai pu m’entretenir ont beaucoup apprécié la Norwegian Choir Association et son engagement en faveur du chant et de la musique chorale en Norvège.

De mon point de vue personnel aussi, ce fut un événement impressionnant. J’ai beaucoup apprécié de travailler avec mes excellents collègues du jury et sa présidente, au sein de salles incroyables dans une ville magnifique (et sans pluie !). Par-dessus tout, j’ai apprécié d’avoir la chance d’écouter tant d’excellentes représentations et de merveilleuse musique, interprétées par des chœurs venant de l’intérieur comme de l’extérieur de la Norvège.

 

Bernie Sherlock a étudié la direction chorale pendant deux ans en Hongrie auprès de Peter Erdei et Ildikó Herboly Kocsár, avant de passer à la direction d’orchestre avec Gerhard Markson à Dublin. Son chœur de chambre New Dublin Voices a été récompensé plusieurs fois, et continue de remporter des prix dans tous les grands concours d’Europe et d’Irlande. Bernie intervient au niveau international en tant que juré, animatrice de chœur, professeur de direction et d’entraînement auditif; elle a également remporté plusieurs prix internationaux, pour sa direction comme pour son interprétation. Elle est maître de conférences au DIT Conservatory of Music, directrice artistique de la Conducting Summer School de l’AOIC depuis 2008, et représente l’Irlande au sein du World Choir Council. Bernie est directrice musicale de la Culwick Choral Society depuis 2008. Courriel: berniesherlock@gmail.com

 

Traduit de l’anglais par Antoine Houzé (France)

PDFPrint

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *